samedi 28 mars 2015

Quand personne n'achète votre livre...


Je touche du bois (aïe ma tête !) pour que l'intitulé de ce billet ne soit pas une sombre prémonition pour moi. D'accord mes ventes ne sont pas extraordinaires mais j'arrive encore à écouler quelques exemplaires de mes livres de temps à autre. ;-)

Je navigue pas mal sur les sites traitant de l'auto-édition. Et sur l'un d'entre eux - l'excellent Le Mag des Auteurs Indés pour le citer -, je suis tombée sur le billet d'un auto-édité américain qui se penche sur ses états d'âme d'auteur. Ses mots, ses émotions ont trouvé une forte résonance en moi. Youhou y a de l'écho ici ? lol Je me retrouve presque dans ses cycles. Bien sûr pas à 100% mais une bonne partie tout de même ; je ne suis notamment pas d'accord avec sa conclusion. De plus ces américains ont des envolées lyriques auxquelles je n'adhère pas totalement. Je suis un peu plus terre à terre. Donc comme c'est un très long article, je me suis contentée de traduire une partie et de vous en livrer la substantifique moelle, selon l'expression chère à Sieur Rabelais . ;-)


C'est parti !  
* * * * *

"Vous vérifiez, actualisant constamment le site des ventes comme une personne attendant que des billets de concert ou qu'une paire de Jordans soit mise en vente. Vous connaissez bien cette situation mais vous continuez tout de même de vérifier. Les ventes augmentent par lots, pas à chaque seconde, donc rafraîchir la page toutes les cinq secondes relève d'un exercice futile. Pourtant encore et encore, vous vérifiez mais le nombre de vos ventes ne bouge pas. Comment est-ce possible ?

Vous avez passé des jours, des nuits, des mois voire des années à travailler sur quelque chose. Vous l'avez créé de toutes pièces, transformé, peaufiné, réécrit, éprouvé, modelé, mis en forme jusqu'au produit auquel vous rêviez depuis le début. Vous l'avez remis en forme pour que cela paraisse parfait. Ensuite, vous l'avez formaté (et reformaté) pour l'adapter au format kindle. Vous essayez des couleurs et des polices pour le titre, vous cherchez la meilleure illustration. Vous écrivez une description en quatrième de couverture et une autre pour la page Amazon. Vous le couvez, le protégez et le chouchoutez jusqu'à ce qu'il soit prêt à venir au monde. C'est votre bébé. Mais - et c'est l'ironie de tout art - vous dépensez du temps et de l'énergie (et peut-être votre argent) sur un projet solide, sur lequel vous avez l'intime conviction que les gens se rueront et... il meurt avant d'avoir franchi la ligne de départ. C'est toujours le livre parfait tel que vous l'aviez rêvé, mais tout le monde s'en fout ! Peu importe les raisons, tout le monde s'en fout royalement.

Donc, que se passe-t-il quand personne n'achète votre livre ?

En apparence rien n'a changé pour moi. J'ai toujours le même job, la même maison et la même voiture. Cependant à l'intérieur, tout est chamboulé. Je remets tout en question. Si personne ne le lit, pourquoi ai-je mis autant d'énergie dans ce livre ? Pourquoi ai-je tant souffert de ne pas avoir placé la bonne phrase à la page 9 ou la bonne métaphore à la page 90 ? Pourquoi ai-je choisi ce sujet ou cette histoire et pourquoi ai-je pensé que je trouverais un public ?  

[Quand je vous disais que ces ricains aimaient la surenchère ! lol]

Je remets même en cause ma passion. Pourquoi je fais tout ceci ? Pourquoi j'ai passé autant de temps à retranscrire mes idées et mes mots pour si peu de retour en récompense ? Ne suis-je pas bon du tout en tant qu'auteur ? Puis je me dis : plus jamais ça ! J'arrête. Je n'ai pas besoin de ça. Ma vie ne changera pas d'un iota si je n'écris jamais un autre livre ou essai. J'aurai plus de temps pour moi, ma famille et mon job. Je vais pouvoir retourner dans la pièce principale en compagnie des autres membres de ma famille.

Je me sens serein, certain que ce temps-là est révolu. J'ai déjà sept livres qui tournent bien et je vais pouvoir m'adonner à un vrai hobby comme jouer au golf ou pêcher. Puis j'ai une idée, et ensuite une autre et ainsi de suite. Elles flottent dans ma tête au point où je commence à les écrire pour les organiser et leur donner un sens. Sans que je m'en rende compte, je me retrouve devant mon écran. Les idées arrivent et mes doigts volent sur le clavier pour créer quelque chose de nouveau. Cette fois-ci, ce sera différent. Cette fois-ci, tout le monde sera attiré par mon livre parce que ce sera indubitablement la meilleure chose que j'aurais écrite.

Et le cycle recommence. Parce que pendant que vous souhaitez que votre travail soit lu et apprécié (et vous rapporte de l'argent), ce n'est pas la raison principale pour laquelle vous écrivez. Votre motivation première de vouloir coucher vos mots sur le papier ou sur l'écran d'un ordinateur n'est pas de figurer parmi la liste des best-sellers. [Heu il est gentil le monsieur, mais moi j'aimerais bien y figurer ! lol] Mais c'est parce qu'avant tout, c'est une passion et ce sont vos sentiments que vous voulez exprimer à travers vos phrases. Vous vous en fichez si personne ne vous lit parce que vous ne le faites pas pour les autres, vous le faites pour vous. C'est étrange, le processus d'échec vous fait réaliser que vous n'avez pas besoin d'écrire, il n'y a aucune raison pour cela, et pourtant vous voilà de retour à la tâche.

Donc que se passe-t-il quand personne n'achète votre livre ?

En fin de compte, cela fait de vous un meilleur auteur."

* * * * *

Hum pas trop d'accord avec sa jolie conclusion. lol Je ne suis pas certaine que l'échec rende forcément un auteur meilleur. Certes, il s'interrogera sur ce qui n'aura pas fonctionné et s'acharnera deux fois plus sur son nouveau livre mais cela ne signifie pas pour autant que son futur bébé sera mieux accueilli ! Prenons mon cas (au hasard Balthazar), j'aurais beau mettre tous les efforts du monde dans mes futures romances, ce n'est pas pour ça que je serais plus récompensée. Des fois un livre marche, d'autres pas. C'est le jeu ma pov' Lucette !

Dans tous les cas, j'ai trouvé que c'était un très beau billet sur la persévérance d'un auteur. C'est aussi mon état d'esprit. Vous comprenez mieux pourquoi tandis que je rouspète et m'arrache les cheveux (tiens y a un titre de livre qui s'intitule "Héloïse est chauve" mdr), eh bien je continue quand même d'écrire. Paradoxe, quand tu nous tiens ! *soupir*

@ bientôt pour un billet prochain ou un prochain billet, au choix ! 😀

lundi 23 mars 2015

Le Salon du Livre 2015 - Le reportage


Ayé, je suis revenue du Salon du livre ! :-) 

Pfiouf je suis cla-quée ! C'était é-rein-tant ! J'ai mal aux pieds, les oreilles qui bourdonnent encore du brouhaha de la foule. Beaucoup de stands à visiter, de photos à prendre et de gens à "bousculer" quand il y avait des bouchons à cause d'une séance de dédicace d'un auteur à succès ou d'une célébrité de la télé (Nikos Aliagas !) ou politique. Surtout quand c'est le Président de la République qui se déplaçait dans les allées. Je n'ai pas pu l'apercevoir tellement le dispositif de sécurité autour de lui était impressionnant ! lol

Mais revenons à nos moutons, j'ai nommé les auteures françaises de romance. hihihi Elles se sont déplacées nombreuses au salon à la rencontre de leur public, très nombreux aussi. 

Sur le stand Harlequin HQN :

Rayonnage Harelquin

Le mur HQN avec les autographes des auteures
Emily Blaine, tête relevée
Anne Rossi (Ensemble)

Angela Morelli (L'homme idéal en mieux)
Emily Blaine, tête penchée (Dear You)


Chaque auteur HQN avait écrit une nouvelle ayant pour thème le Brésil, regroupée dans un recueil édité en livre physique. Pourquoi le Brésil ? Cette année, le pays était à l'honneur au Salon.

Un héros historique : le Highlander
Un héros moderne : le milliardaire


Harlequin HQN avait sorti deux cover model (faux bien sûr !) pour le plus grand plaisir des yeux. Moi j'ai une préférence pour le milliardaire ! Rhaaa le costume me fait toujours de l'effet ! :-P


Stand les Editions Addictives :

La majorité des auteures qui écrivent pour cette maison d'édition sont francophones (France ou Québec) bien que bizarrement elles portent toutes des noms anglophones. Seules quelques unes sont vraiment ango-saxonnes. Je vois bien : "Palpe-moi" de Madyson J. Perkins (alias Héloïse Cordelles). Ca le fait, non ? J'ai le titre, j'ai le nom bien anglais... Puisque je me tue à vous dire que je suis prêteeeeeuuuuu ! lol

Emma Green (en fait deux auteures)

Le mur des Editions Addictives
Les histoires complètes imprimées



Stand Les Editions Sharon Kena :


Sharon Kena (debout à droite)


Stand Milady :

Emma Foster (alias Angela Morelli)

Rayonnage Milady Romance

Non, vous n'avez pas la berlue, c'est la même photo que dans la section Harlequin. Alors, je suis tombée sur le c*l quand j'ai appris que Emma Foster ("Péchés exquis") était en réalité Angela Morelli !!! o_O

Stand du Chat Noir :

Georgia Caldera (Hors de portée)
Georgia Caldera (Les larmes rouges)

J'ai été très surprise par le look gothique de Georgia Caldera (robe noire, squelette de mains en guise de collier, cheveux roses barbe à papa et gros tatouages sur les bras) car je ne l'imaginais pas vraiment comme ça. Je la pensais plus "sage" mais je comprends mieux l'univers de ses livres. Elle a une voix toute douce et prend vraiment le temps de personnaliser chaque dédicace et de discuter avec ses lecteurs. Elle m'a vraiment impressionnée. Je vais peut-être me barder de tatouages pour lui ressembler ! lol 


Bettina Nordet (La geste des Exilés)


Stand les Editions Rebelle :


Un héros : le highlander torse nu !

Demi McGowan (Coeur de Highlander)
Linda Saint Jalmes (Des enfants des Dieux)


Photos en vrac :

Je présente mes excuses à ces auteures en photos car je ne me souviens plus sur quel stand elles étaient en dédicace ou en intervention. Honte à moi !
Samantha Bailly (Ce qui nous lie)
Cassandra O'Donnell (Rebecca Kean)

Sophie Jomain (L'étoile de Noss Head)



Christy Saubesty (Ce qui m'attise)

 * * * * * *

J'espère que ce petit reportage vous a plu. :-) Pour refermer ce chapitre sur le Salon du Livre 2015, je vais revenir sur l'opération : "Qui veut adopter Héloïse Cordelles ?" Ma foi, j'ai réussi à arracher des contacts des attachés de presse présents au Salon. La suite au prochain volume ! ;-)

@ bientôt pour un nouveau billet !

mercredi 18 mars 2015

Le Salon du livre 20-23 mars 2015


Affiche du Salon du livre 2015

Cette année encore, je m'absente pendant le long week-end du 20 au 22 mars pour me rendre au Salon du livre qui aura lieu à Paris Porte de Versailles. Simple spectatrice l'année dernière, je change mon fusil d'épaule et deviens actrice ! Non, je ne compte pas déambuler entre les stands déguisée en Marion Cotillard. lol J'investis la capitale avec un objectif bien précis en tête : présenter mes romances à des maisons d'édition et pourquoi pas décrocher un contrat par la suite. J'ai quelques projets que j'aimerais bien leur soumettre. Mon arme secrète ? Ma clé USB ! lol Mon but étant qu'il se rende compte de mon style d'écriture et voir si ça peut coller avec leur ligne éditoriale. Depuis plus d'un an que j'écris, j'ai acquis un peu plus d'expérience, d'assurance aussi je trouve. Désormais, je suis une pomme mûre, prête à être cueillie par les mains délicates d'un éditeur... en tout bien tout honneur bien sûr ! N'y voyez aucune allusion salace de ma part, s'il vous plaît ! :-P

A cette occasion, j'ai ciblé quelques éditeurs intéressants qui publient de la romance. C'est notamment le cas des Éditions Addictives. Vous savez ces livres à épisodes avec des titres qui finissent presque tous par un "-moi" ("Mords-moi", "Désire-moi", "Envoûte-moi", etc...). Je me vois bien faire un livre qui s'intitulerait... tiens, pourquoi pas : "Palpe-moi" ! Il me semble que ce verbe n'a pas encore été réquisitionné. Dedans, vous trouveriez un (multi-)milliardaire aux yeux gris cendré aussi mystérieux et insondable que l'épaisse brume londonienne à couper au couteau et aussi froid que l'iceberg qui a fait couler le Titanic. Il cacherait au moins un millier de secrets à l'héroïne qui se demanderait au moins un millier de fois, pourquoi entre toutes les plus belles femmes du monde, c'est sur elle qu'il a pointé son doigt porté son choix en murmurant d'une voix rauque : "je te veux"... Mais bon sang, qu'attendez-vous, venez me cueillir, JE SUIS LAAAAAAA ! lol

Ma deuxième visée serait Harlequin HQN. Incourtournable ! Ces champions de l'amour ont réussi à s'imposer en romance française en format numérique. Je rêverais d'un destin à la Emily Blaine, la success story à la française ! Comme noté dans sa biographie sur Amazon, cette auteure a déjà vendu près de... 60 000 exemplaires de ses romances !!! Rendez-vous compte ! Waouhhh ce chiffre me donne carrément le tournis. Avec mes presque 200 ventes par titre, je fais vraiment pitié. lol Donc vite, vite, je vais me dépêcher de peaufiner un ou deux textes avant de partir avec mon bâton de pèlerin ou plutôt avec ma clé USB sous le bras (il faut vivre avec son temps).

Et enfin le troisième malheureux éditeur à me voir débouler, j'ai nommé Milady Romance. Cette maison a une excellente réputation. Elle publie des romances diverses et variées, allant de l'historique jusqu'au gay M/M. Je pense que mon New Adult, "Détraqué", pourrait les intéresser. Ce courant a le vent en poupe et il faudrait penser à concurrencer Hugo Roman, leader en la matière. :-P Mais je dis ça je dis rien !

M'enfin, je verrais bien. Si ça se trouve je vais me prendre tellement de vestes que je pourrais me recycler et ouvrir une boutique de prêt-à-porter ! Ces éditeurs ont déjà des auteurs à succès au sein de leurs maisons, feront-ils confiance à une auteure inconnue ? Le suspense est hhhhhaletant. Réponse... quand ils le décideront en fait. Etpicétout. Je leur laisse mes textes après ils feront leur marché.

Donc souhaitez-moi bonne chance dans mes démarches, toutes les ondes positives sont les bienvenues. :-)


@ la semaine prochaine pour le compte-rendu avec pleins, pleins de photos de vos stars préférées en romance !

mercredi 11 mars 2015

De l'érotisme dans mes romances ?


Tiens, hier soir pour décompresser après une énième correction de mon fichu paranormal, je m'en vais faire un petit tour du côté, non pas de chez Swann, mais de Booknode... et mal m'en a pris. Note pour plus tard : ne plus retourner sur ce site avant au moins dix ans ! lol Je n'aurais pas dû m'y aventurer et ceci pour deux raisons. La première c'est que je viens encore de me récolter un très mauvais commentaire sur mon livre "Détraqué". Tiens prends ça dans ta tronche, Héloïse ! T_T
smileys Violent

Bon, une critique assassine de plus ou un de moins ne changera pas la face du monde... lol Mon amour-propre s'en remettra de ces affronts. Même pas mal puisque je me drape illico presto dans ma super carapace anti-tomates. Et puis ne dit-on pas que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ? ;-) Et la deuxième raison, c'est que je viens de découvrir (il était temps deux mois après sa sortie lol) que ce livre est classé dans la catégorie "Romance érotique" chez eux.  Gneuh ? J'avoue qu'en général, je fais confiance aux différents sites pour ranger mes livres. Je ne me préoccupe pas du tout de la catégorisation sauf quand c'est trop farfelu, du genre "Santé et bien-être" alors que c'est clairement une romance contemporaine ! lol 

Et là j'adopte la pose du Penseur de Rodin, me mets de profil (côté gauche car c'est le plus joli !) et m'interroge le poing serré sous le menton : mais boudiou pourquoi est-il donc dans cette catégorie ? Personnellement, je ne trouve pas qu'il soit si "érotique" que ça. C'est un terme très (trop) fort à mon sens. JE NE FAIS PAS DANS L’ÉROTIQUE. Certes, le livre comporte quelques scènes sensuelles mais de là à pousser Mémé dans les orties, je pense que c'est exagéré. D'ailleurs suite à ce classement, je me suis amusée à compter les pages de sexe. hihihi Dans mon fichier e-pub qui fait 240 pages, il y en a en tout et pour tout grand maximum... 20 pages !!! (Et encore je suis large.) Ce qui représente à peine... 8% du livre !!! o_O Vous comprendrez donc ma surprise. Non mais ! Je sais encore ce que j'écris, nom de Diou ! mdr C'est avant tout un New Adult. Point barre.

D'ordinaire, j'essaie de ne pas glisser trop de scènes épicées au détriment de l'histoire (sauf peut-être un tout petit écart dans "Marry You" :-P mais rien de bien méchant) mais juste ce qu'il faut. Du coup, je me sens presque une arnaqueuse car "Détraqué" est mal étiqueté. Objectivement, je suis très très loin d'égaler en nombres de scènes hots Maya Banks ou Sylvia Day ! lol Note pour plus tard : recenser les pages de scènes érotiques dans "Dévoile-moi". :-P Je suis certaine d'arriver au moins à 50% du livre... lol

@ bientôt pour un nouveau billet ! ;-) 

samedi 7 mars 2015

Juliette Di Cen


Mes billets arrivent au compte-gouttes et je suis la première à le déplorer. A l'avenir j'essaierai d'être plus dynamique et régulière. La décale pour ma non-présence ? Je suis en train de ramer à contre-courant avec l'écriture de mon dernier livre qui ne prend pas la tournure que j'escomptais. C'est la première fois que je m'essaye au paranormal avec "Le Ciel pour Enfer" et je trouve que ce n'est franchement pas une réussite. Peut-être suis-je trop cartésienne ? Je manque d'imaginaire, d'ouverture d'esprit. Je sens que je vais encore me prendre un méchant retour de bâton. pffff Bon, quelque part, je devrais être habituée, me direz-vous... Il n'y a qu'à voir les "sales" commentaires que j'ai récoltés sur Booknode et Goodreads pour s'en convaincre. Au secours maman, je veux m'exiler sur une île déserte ! T_T


Pour vous changer de mes jérémiades, je vous livre ma chronique très enthousiaste sur une auteure à succès auto-éditée, Juliette Di Cen, qui a rassemblé dans une intégrale et en format papier, toutes les nouvelles de sa série "Cœur d'homme Âme de soldat". Astucieux, non ? J'aime vraiment beaucoup sa couverture. Il faut dire que j'ai un faible pour la couleur violet et ses dérivés. lol Cet avis, c'était un peu comme l'Arlésienne, je l'avais annoncé depuis un long mois déjà mais je n'avais pas eu le temps de le rédiger vu mes petits tracas. Alors que j'avais fini le livre il y a un petit moment. Mea culpa à l'auteure... si elle me lit... un jour. En ce moment, je suis un peu brouillonne, beaucoup débordée et hystériquement proche d'être enfermée ! Bref, je me noie dans un verre d'eau et désolée si je ne me montre pas sous mon meilleur jour. Au secours maman, je veux être un caméléon et me fondre dans la végétation de l'île déserte ! T_T

Pendant la rédaction de cette chronique, je me dis que j'ai peut-être eu tort de vouloir la faire parce que finalement quand je me compare aux autres auteures, c'est forcément à mon désavantage ! bouh hou hou Au secours maman, je veux être enterrée à six pieds sous le sable de l'île déserte. Mais hum hum la jalousie m'égare. Un peu de sérieux et revenons sur ce recueil de romances érotiques. Miam miam

Sur la quatrième de couverture, Juliette Di Cen ne se dévoile qu'à moitié ou au quart de la moitié. Dommage pour sa photo tronquée. Même si je la comprends, car vous ne risquez pas non plus de voir une photo de moi. lol Elle se présente sur une très courte biographie et nous décrit aussi succinctement la teneur de ses nouvelles mais assez pour nous allécher. ;-) Les phrases d'accroche sont joliment tournées pour nous inciter à plonger tête baissée dans le milieu militaire. Cadre assez inhabituel en romance française, il faut bien l'avouer. 

Bon vous devez vous douter de mon avis, non ? Pour ainsi l'envier, c'est que j'ai adoré son livre, sa série ! Les nouvelles sont très très bien écrites, addictives, drôlissimes avec un humour qui fait mouche. Les répliques sont tordantes tellement elles sont adéquates, juste à leur place ! Les scènes hot sont très... hots, c'est très chaud-bouillant, normal me direz-vous pour une série "érotique". :-P Mais détrompez-vous, ce n'est pas donné à tout le monde de faire de belles scènes osées. Et Juliette Di Cen y arrive merveilleusement bien ! Je vais demander des cours, si ça continue... ou aller me pendre à l'arbre le plus proche tellement j'ai honte des miennes ! T_T  

Yann, Mickaël, Franck et ses autres héros sont forts, beaux, rugueux à l'extérieur mais très respectueux à l'intérieur (peut-être un tout petit moins Markus, le mouton noir de "L'homme enragé" hihihi). Ils recherchent leurs moitiés, les partenaires idéales qui les feront évoluer, avancer, les sublimer même. J'en veux un comme ça à ma maison ! lol Quant aux héroïnes, Amélia, Emma, Claire et les autres, elles sont à l'image de leurs hommes. Fortes, courageuses, dynamiques, déterminées, avec du répondant, sans pour autant oublier d'être douces et féminines. Elles subissent des déceptions mais reprennent très vite le dessus sans trop s'appesantir sur leurs sorts. Des warriors, je vous dis ! C'est le genre d'héroïne que j'aimerais décrire aussi, mais trois fois hélas, je n'arrive qu'à en faire des "mollassonnes", de la bonne guimauve quoi ! T_T Bref, en un mot comme en cent, je vous encourage fortement à lire ces nouvelles ! Peut-être que je prêche déjà des convaincues ? Et que vous avez découvert avant moi cette super auteure ? M'étonnerait pas, j'ai toujours un train de retard, moi. lol En tout cas, je serai fin prête pour ses futures sorties ! 

Si je devais avoir une nouvelle préférée dans la série, ce serait "Vivant". Le beau et attendrissant Frank m'a fait rire, fondre, palpiter avec toutes ses péripéties. Alix n'est pas en reste ! Elle est drôle, touchante, attachante, sexy. Rahhhh C'est the couple à mon humble avis. :-) Et quand vous pensez que c'est fini, eh bien non, il y en a encore. Dans l'intégrale, Juliette Di Cen nous offre généreusement ses autres nouvelles en bonus. Histoire de nous rendre encore plus accro à ses écrits. Merci à elle !

Je vous mets les liens vers sa page auteur chez les distributeurs :



@ très vite pour un nouveau billet !