Les dangers de l'exclusivité


Il y a trois mois jour pour jour, j'avais pris la décision de mettre en exclusivité tous mes titres sur la plateforme de publication Amazon et d'intégrer le programme Kindle Unlimited. Après un trimestre, je dois dire que je suis très satisfaite du résultat. Bon, c'est loin d'être la gloire mais cela a permis aux lectrices de me découvrir à travers les quelques emprunts rémunérés trois francs six sous. Et c'est déjà ça, parce que mes ventes n'ont pas été magnifiques du fait des vacances.

Je suis globalement contente parce que mes ventes et emprunts sur Amazon pendant ces trois mois dépassent de très loin le cumul de mes redevances sur les deux autres plateformes, Kobo/Fnac et Google Plaie sur toute l'année 2014. Je sais que selon M. Jean de la Fontaine "patience et longueur de temps font plus que force ni que rage" mais je dois vous avouer que ma patience a tout de même ses limites. Dans mon bilan des gains en début d'année, vous avez pu constater à quel point, après un an de présence, mes redevances chez ces deux distributeurs étaient risibles, 7% de la totalité de mes redevances contre 93% chez Amazon.  Comme qui dirait il n'y a pas photo.

Pourtant, s'auto-éditer en exclusivité sur Amazon pour un auteur indépendant peut s'avérer "dangereux". Certes, le géant américain bénéficie d'un rayonnement international, sa plateforme est facile d'utilisation, le trafic est dense, pas de risque de s'éparpiller, etc...., mais l'inconvénient d'un unique distributeur c'est que vous vous cantonnez à un pré carré donc votre champ de "notoriété" est assez restreint. Vous ne touchez pas d'autre public puisque vous ne vendez pas ailleurs. Vous aurez du mal à faire votre trou quand vous essaierez de vous déployer sur les autres plateformes. Quelque part aussi, vous manquez cruellement d'ambition (sur ce dernier point, je plaide allègrement coupable !).

Récemment, j'ai vu sur le blog d'un autre auteur auto-édité, qui cartonne sur Amazon, son bilan plus que mitigé de ses ventes sur Google Plaie. Ce n'est pas très charitable mais je suis un peu rassurée puisque ces chiffres avoisinaient les miens. Là où il cumulait neuf ventes par mois, moi je n'en totalisais que trois. De ce côté-là, je n'ai pas trop de regrets d'avoir quitté temporairement Google Plaie. On dit pourtant que l'avenir de la lecture des e-books se joue non pas sur les liseuses ou les tablettes mais sur les smartphones. Heu, je n'ai pas remarqué cela. Nous aurait-on menti ? lol Ou alors cela ne concernerait que les auto-édités ! Les lecteurs feraient moins confiance aux auteurs indépendants ailleurs que sur Amazon...

Aïe aïe aïe pas toujours facile de décider de ce qui est bon pour soi ! J'avoue que le marketing, la promotion, je n'aime pas ça. Je ne sais pas me vendre et j'ai horreur de me mettre en avant (paradoxal, non ?). Peut-être toujours cette question du manque de légitimité d'être une auteure auto-proclamée. T_T A chacune ses complexes. Pour d'autres, c'est le poids qui les obnubilent ! mdr On me dit également qu'il faut se montrer sur Facebook mais je n'arrive toujours pas à m'y résoudre. Bref, au bout de 18 mois d'existence, je doute encore beaucoup ! Et le doute ne fait pas avancer le schmilblick. Donc je me donne encore quelques mois en exclusivité sur Amazon et après j'aviserai... 

@ la semaine pour un autre billet ! ;-)

Commentaires