mercredi 23 mai 2018

Pour qui sonnent ces mots ?




Depuis le début de mon aventure dans l'auto-édition, j'écris mes histoires dans mon coin, sans réellement me préoccuper de plaire aux lectrices. D'ailleurs, le résultat ne s'est pas fait attendre, tous mes livres sans exception se sont retrouvés saupoudrés de critiques plus ou moins salées ou acides. 😅 Mais, parfois (et fort heureusement), il arrive que mes textes trouvent un écho chez des lectrices, et là, c'est la danse de la joie, la cerise sur le gâteau, la fin de la quête du Graal, etc. Bref, vous avez compris à quel point je suis contente quand j'ai un bon retour !! 😀 Dans ce cas, si c'est aussi clair dans ma tête, à savoir écrire d'abord pour moi-même, pourquoi est-ce que je me pose la question de savoir pour qui j'écris ? Je fais ce billet suite à un statut sur Facebook qui m'a interpellée et qui m'a fait aussi pas mal réfléchir par la suite. Que voulez-vous ? J'aime me créer des nœuds au cerveau. ^^ 

Dans le post en question, l'auteure demandait carrément à ses lectrices/fans quels étaient les ingrédients et/ou les situations qu'elles aimeraient retrouver dans une romance afin qu'elle soit réussie à leurs yeux. (sic) Sur le coup, j'avoue avoir été surprise par cette sollicitation. Moi qui pensais que l'auteur maîtrisait son histoire de A à Z, je suis un peu tombée de haut. Et puis vient le temps de la réflexion... Ouais, avec moi, c'est toujours en deux temps, d'abord la réaction primaire (joie, tristesse, incompréhension, colère, etc.) et seulement après, j'utilise mon petit cerveau pour analyser la situation ! 😆 Pourquoi l'auteure avait-elle soumis une telle question ? Forcément, ça partait d'une très bonne intention, celle de vouloir coller au plus près des désidératas et, ainsi, être assurée de plaire à un maximum de lectrices. On sait très bien qu'un auteur ne fera pas l'unanimité, mais il a ce souhait légitime : être lu et apprécié par le plus grand nombre ! Par ce sondage, l'auteure a cherché à élargir son lectorat.  

A partir de là, j'ai poussé un peu plus loin ma réflexion, qui vaut ce qu'elle vaut ! 😆 Depuis presque un an, j'ai une super correctrice qui s'occupe de remettre en bon français mes textes et qui, accessoirement, souligne des incohérences dans mon histoire. Parfait, parce que je suis tellement plongée dedans que des détails peuvent m'échapper (par exemple : mon héros lève le bras alors que dix lignes plus haut, il était attaché... oups). Par contre, lorsqu'elle se permet de glisser son avis sur le fond de l'histoire en lui-même, je ne l'écoute que "rarement". Désolée. 😋 Rappelez-vous, j'écris d'abord pour moi-même... J'estime que c'est mon intrigue ; je l'ai pensée/réfléchie en amont. Si j'ai souhaité que l'histoire se déroule ainsi, je n'ai pas l'intention de dévier de ma trajectoire (ou si peu). Du coup, j'en arrive là où je voulais en venir : le rôle des bêta-lectrices. Je vois beaucoup d'auteures qui s'entourent de 3, 4 voire 5 bêta-lectrices et je me demande si, en fin de compte, ça n'équivaut pas à la demande de l'auteure que j'ai citée plus haut, à une plus petite échelle...

Je m'explique. ^^ Grosso modo, le rôle d'une bêta-lectrice consiste à donner son avis tout au long du livre, que ce soit sur l'intrigue, les rebondissements ou les personnages et de pointer la faiblesse d'un scénario ou d'une scène afin de l'améliorer. Pour les auteures qui s'entourent de 3 ou 4 bêtas-lectrices, c'est une véritable mine d'informations ! Chaque personne est différente avec des attentes et des perceptions différentes. Chacune mettra dans ses commentaires ses propres ressentis et goûts en matière de romance (l'une voudra plus de sentiments, l'autre plus d'action ou de descriptions, etc.). Certes, l'auteure devra trancher parmi toutes ces suggestions, mais, de mon point de vue, à partir du moment où on suit les directives de plusieurs personnes, l'histoire n'appartient plus vraiment à l'auteure... Je trouve juste que ça perd son "charme". Peut-être que c'est moi qui ai tort de m'obstiner à travailler seule... ou peut-être pas. Mes histoires ne sont pas parfaites ; j'aime l'imperfection, n'étant pas parfaite moi-même. Mais n'avons-nous pas coutume de dire que la perfection est ennuyeuse ? Et puis, avouez  qu'on aime bien se "défouler" sur les imperfections ! 😋

Un dernier mot pour conclure ce billet. Vous savez ce que la grande majorité des lectrices interrogées par l'auteure ont répondu ? Que peu importait l'histoire, elle devait avant tout écrire avec son cœur... et pour elle-même ! 😉

@ plus tard pour un nouvel article.


mercredi 9 mai 2018

Ma première interview


Vous savez ou vous ne savez pas, je suis actuellement en train de concourir pour le "Prix des auteurs inconnus", avec ma romance "Dark Company". 😁 D'habitude, ce n'est pas trop mon truc, les concours ou appels à texte, mais j'ai trouvé que le nom du prix était très approprié pour moi ! ^^ Et, durant tout le déroulé du concours, dont les résultats seront proclamés en septembre, les organisatrices interviewent chaque auteur participant. J'ai donc eu l'honneur, fin avril, de répondre pour la première fois de ma carrière, à une interview ! Si vous souhaitez mieux me connaître, les questions/réponses se trouvent ci-dessous... Attention, toutefois, je vous encourage à vous munir d'une tasse de thé ou de chocolat chaud parce que c'est relativement long... 

 
🔶🔶🔶🔶🔶
  • Vous êtes une écrivaine spécialisée dans la romance, pourquoi ce choix ?
Je suis tombée dans la marmite de la romance très jeune, vers l’âge de 14 ans. C’est ma meilleure amie qui m’avait initiée à cette littérature de genre. À l’époque, on aimait beaucoup lire toutes les deux. On s’échangeait même nos bouquins empruntés à la bibliothèque pour pouvoir lire deux fois plus ! Et surtout, on avait des goûts très similaires. Je crois que c’est pour ça, qu’un jour, elle a osé me montrer sa… collection secrète. lol Je me souviendrais toujours de ce moment. Elle avait ouvert son placard et, tout en bas, il y avait des cartons à chapeaux (parce qu’elle raffolait des chapeaux alors que je trouvais que ça graissait les cheveux). Quand elle a soulevé le couvercle d’une des boîtes, j’ai vu des petits livres avec un couple dessus, c’étaient des… Harlequins. Elle m’a dit : « Lis-les, tu devrais aimer. » Effectivement, je les ai adorés. ^^ J’ai vibré au gré des péripéties des héros et ce que j’ai apprécié par-dessus tout, c’est d’avoir un happy end. Youpi ! Enfin des histoires où ils ne mouraient pas (comme dans les classiques que j’étudiais au collège), mais où ils finissaient heureux, ensemble. Voilà, j’étais fichue, j’étais devenue accro à la romance ! ^^ Et si, aujourd’hui, j’ai fait le choix d’en écrire, c’est parce que je veux, à mon tour, avoir des histoires qui se terminent bien, qui me donnent des papillons dans le ventre et qui m’accrochent « béatement » un sourire aux lèvres après avoir apposé le mot fin au bas de mon texte.
  • Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ? Pourriez-vous citer un roman qui vous a fait dire « Moi aussi, je veux écrire un livre comme ça ! » ?
J’ai réellement sauté le pas le 12 mai 2013. La date est très précise, car ce jour-là j’avais décidé de m’acheter un notebook Samsung d’occasion qui serait exclusivement dédié à l’écriture. L’ordinateur m’avait coûté 220 euros et je me rappelle m’être dit : « Tu as intérêt à écrire beaucoup de romances pour l’amortir, ma cocotte ! » En février 2018, il a rendu l’âme après presque cinq ans de bons et loyaux services. Je crois qu’au bout de 10 livres, il a été amorti. Enfin, je l’espère pour moi ! lol À la base, ce qui m’a poussé à écrire, c’est une intrigue qui me trottait dans la tête. Je voyais clairement les héros de mon histoire : une jeune femme aux prises avec un rancher irascible… Ces deux-là ne m’ont plus lâchée jusqu’à ce que 9 mois plus tard, j’accouche fébrilement de leur romance (ma toute première d’ailleurs), le 1er février 2014. Comme écrit dans ma biographie qui traîne sur Amazon et sur mon blog, j’écris des histoires sans prétention. Bien sûr qu’il y a beaucoup d’auteures que j’idolâtre et qui écrivent comme des déesses à mes yeux, mais je n’ai jamais cherché à les égaler, parce que je n’y arriverai pas. Elles sont carrément à un autre niveau, au-dessus des nuages ! Moi, je reste à ma place d’auto-éditée et j’essaye juste d’écrire du mieux que je peux (et au vu des nombreuses critiques, c’est encore loin d’être suffisant !).
  • Dark company est le roman que vous avez fait concourir au prix, c’est le spin off d’une autre saga, parlez-nous de tout ça.
Je vais essayer, mais en général, je suis très très mal placée pour parler de mes propres livres. Ce sont mes bébés, je ne serais pas forcément objective. ^^ Pour résumer, ma saga « Company » est tout simplement extraordinaire ! Chaque tome est magnifique, chargé en émotions. Si vous ne voulez pas passer à côté de petits bijoux littéraires, foncez sur Amazon ou sur Kobo pour l’intégrale… Quoi, j’en fais trop ? OK. J’exagère peut-être un peu très beaucoup… À mon humble avis, c’est une jolie série New Adult qui mérite d’être découverte. Le fil rouge de l’intrigue se déroule principalement sur deux tomes, d’abord « Bad Company », puis « Evil Company », mais le tome intermédiaire « Dark Company », même s’il est un peu à part, s’intègre aussi bien dans le paysage. Hum, voilà, voilà… En fait, je suis absolument nulle pour parler de mes livres ! Le mieux est encore de les tester.
  • Ni trop mielleux, ni trop noir, voilà comment les lecteurs caractérisent votre roman, êtes-vous d’accord ? Pourquoi ce choix d’ailleurs, de ne pas aller trop dans la noirceur ?
Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse sur « Dark Company ». ^^ Ce n’est pas trop mielleux parce que leur histoire démarre très mal et qu’ils sont loin de naviguer sur une mer d’huile. Lui était promis à un bel avenir, elle s’enfonçait dans la médiocrité en sortant avec une petite frappe. Par jeu, elle a voulu l’humilier, et elle ne s’attendait sûrement pas à ce que ses actes débouchent sur un drame. Pour être en paix avec eux-mêmes, ils doivent surmonter ce passif… Certes, il y a de la colère, de la rancœur, un peu de violence même, mais ce n’est absolument pas noir, pour la simple et bonne raison que c’est une romance New Adult ! Le mot dark dans le titre a pu prêter à confusion, mais il faut savoir que je mets un point d’honneur à classifier, selon les éléments prédominants, à quel sous-genre appartient mon texte ; il faut juste balayer toute la couverture. C’est écrit, je ne trompe personne et je suis très fière d’afficher clairement les couleurs de la romance.
  • Plus noire, vous allez sortir une dark romance, parlez-nous de Captive.
« Captive », c’est une drôle d’histoire… Autant apporter un démenti tout de suite, ce sera finalement une dark romance pas si dark. Je m’explique. La trame est née dans ma tête au milieu de l’année dernière. Au départ, je l’avais imaginée assez noire et, au fur et à mesure de son écriture, ma plume s’est adoucie. Je crois qu’avec l’âge, je suis devenue beaucoup plus sensible. Ma première dark romance remonte à 2016 et, pour cette première fois, je n’avais pas trop hésité. Deux ans plus tard, mon état d’esprit a évolué. Je crains de plus en plus cette recrudescence de violence, que ce soit dans les actualités ou par le biais des séries… Aïe, ce n’est pas très bon pour la promo de mon livre, ça ? De fait, je présente d’ores et déjà mes excuses aux lectrices qui se laisseraient tenter et qui se sentiraient flouées. Il y a des éléments dérangeants qui persistent dans le texte, raison pour laquelle je l’ai maintenue dans cette sous-catégorie.
  • Les romances sombres, dangereuses, est-ce votre marque de fabrique ? Pensez-vous qu’il n’y a pas d’amour sans noirceur ?
Je ne dirais pas que mes romances sont « sombres et/ou dangereuses ». Ça dépend énormément de la sous-catégorie. Si c’est de la dark, forcément, je m’efforce de coller au mieux à ce sous-genre, en y incorporant différents degrés de noirceur. Mais la dark reste un thème assez marginal chez moi. Je préfère nettement écrire de la romance contemporaine ou du New Adult. Si je devais qualifier mes romances en général, j’emploierais plutôt l’adjectif « conflictuel ». ^^ Dans presque toutes mes romances, le postulat de départ est une situation houleuse. J’aime opposer mes héros, voir des étincelles crépiter entre eux. J’adore les faire s’affronter jusqu’à ce qu’il y en ait un qui cède. C’est le moment le plus jouissif ! Gnark gnark gnark Ça va, je ne fais pas trop sadique, là ? Non, je ne crois pas que l’amour naisse nécessairement dans la noirceur. Il naît dans le besoin inéluctable d’être avec l’autre, au-delà de toutes considérations et parfois, oui, ça peut conduire à des amours extrêmes.
  • Quelle est votre vision de l’amour ? Celle que vous proposez dans vos romans ?
J’ai coutume de dire : « Je ne suis pas ce que j’écris. » Ma vision de l’amour reste très classique. Je suis une romantique. ♥ J’aime les dîners aux chandelles, qu’on m’offre des fleurs, qu’on m’enlève, mais uniquement pour des week-ends improvisés. ^^ Je recherche une complicité, des discussions et du rire avec un compagnon. Je ne crois pas que les conflits puissent cimenter un couple. Ça l’use plutôt. Vous voyez, ma conception est donc à l’exact opposé de ce que je propose dans mes romances. C’est complètement fantasmé. L’amour y est chaotique, douloureux, violent, dangereux, extrême, mais paradoxalement, il est rédempteur. Et puis, mes héros masculins, il vaut mieux les avoir sur papier que dans la vraie vie. Ils seraient tout bonnement insupportables tant ils sont imbus d’eux-mêmes lol et, surtout, la plupart d’entre eux seraient déjà en taule pour certains de leurs actes !
  • En tant que lectrice, auriez-vous des titres à nous recommander ? Des dark romance peut-être ?
Avant, je recommandais. Mais ça, c’était avant. ^^ Avec l’âge, je suis devenue beaucoup plus sage et secrète. J’ai eu trop de retours déçus alors que j’avais adoré les livres en question. Désormais, je m’en abstiens. J’ai compris que la lecture était une activité trop personnelle et que chacune avait sa propre sensibilité face à une histoire. Personne ne vibre de la même manière aux éléments d’une romance, donc je ne m’aventure plus sur ce terrain-là. Mes chouchous dans tous les genres, je les garde pour moi !
  • Avez-vous des projets en cours d’écriture ?
Rien en cours d’écriture à l’instant T, mais j’ai effectivement d’autres projets d’écriture, trois pour être tout à fait exacte, qui m’amèneront tranquillement vers le milieu de l’année 2019. J’ai déjà les trames pour deux romances contemporaines et l’intrigue d’une troisième dark, qui aura un lien avec mon tout premier « Indéfectible ». L’histoire d’un autre tueur à gages. ^^ Peut-être qu’à la place d’un flingue, il sortira des colombes de son veston… ah ah

🔶🔶🔶🔶🔶

 Un grand merci aux organisatrices du prix pour cette faveur ! 😀
[https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/]

dimanche 6 mai 2018

"Captive" en sortie officielle ! ^^



"Captive" 2,99 € (05 mai 2018)
https://amzn.to/2rljHXJ

Pour cause de Festival du Roman Féminin, je suis en retard de 24H pour vous annoncer la sortie officielle de mon livre ! En 4 ans de carrière, c'est bien la première fois qu'une telle chose m'arrive... 😓 Désolée, ça ne se reproduira plus ! J'aurais dû anticiper, mais j'étais un peu trop excitée par ce Festival. ^_^ Donc on va remonter le temps et se rajeunir d'une journée. Oyez, oyez braves gens ! Nous sommes le 05 mai 2018 et "Captive" est officiellement en ligne sur Amazon ! Purée, je crois que je n'ai jamais eu si peur pour la sortie d'un livre, à part pour... tous les autres.  😅 Stressée de nature, stressée pour toujours !!! Je croise vraiment les doigts pour que cette romance vous plaise. Je vous souhaite d'avance une bonne lecture et si le cœur et/ou l'envie vous en dit, pensez à poster un commentaire sur le site marchand.

Pour les amoureuses du papier, la version physique est aussi en ligne ! 😃

"Captive" 12,90 € (05 mai 2018)
https://amzn.to/2roZE9P

« Je m'appelle Abel Arteaga. Je suis l'obscurité.
Elle s'appelle Lya Marden. Elle illuminera ma vie...

Dès que je l'ai vue, j'ai su qu'elle m'appartiendrait. Avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus, elle est l'incarnation d'un ange. Et dans un battement d'ailes, elle pourrait m'échapper. Mais, je ferais en sorte de les lui rogner, ses foutues ailes, pour la garder auprès de moi ! Captive... »


Merci infiniment de votre intérêt ! ^^